Akaroa, un bout de France en Nouvelle-Zélande

Akaroa Nouvelle Zelande Blog Voyage

Notre road trip nous a emmené jusque sur la Péninsule de Banks, et plus particulièrement à Akaroa, petite ville à l’histoire et à l’accent très français. Adorable !

Des drapeaux français flottent dans le ciel néo-zélandais. Quelques mots, lus par ci, par là, nous sont familiers. Etrange, vous dites ? Pas tant que ça, car nous sommes à Akaroa. Petite ville de 800 âmes, nichée au coeur de la Péninsule de Banks, Akaroa vit du tourisme et de la pêche, comme tant d’autres villes du bord du Pacifique.

Akaroa Nouvelle Zelande Blog Voyage

Une Histoire so frenchy

Si Akaroa est en partie tricolore, ce n’est pas par lubie marketing. L’Histoire est ainsi faite. En 1840, des baleiniers français ont tenté de coloniser des terres, colonisés par les Maoris un siècle plus tôt. Mais les Britanniques avaient déjà colonisé la moitié du pays, et par un traité signé plus tôt, ont balayé la tentative française, qui ont quand même pu s’installer à Akaroa. Un certain nombre de kiwis sont des descendants français.

« Hôtel La Rochelle », « Gendarmerie », « Ma maison »

Akaroa Nouvelle Zelande Blog VoyageNous voilà donc en train de nous promener au coeur d’Akaroa et de remarquer les noms familiers des hôtels, restaurants et boutiques. Les murs sont pour beaucoup peints de bleu, de blanc et de rouge. C’est franchement plaisant car ça a beaucoup de charme. Akaroa ressemble beaucoup à Kaikoura : petite ville touristique très ensoleillée et dynamique. L’autre point commun, ce sont les dauphins d’Hector.

Akaroa Nouvelle Zelande Blog Voyage

Objectif : nager avec les dauphins d’Hector

Akaroa Nouvelle Zelande Blog VoyageNager avec les dauphins, c’est le rêve de Charlène ! Impossible de rater ça, d’autant plus que ceux-ci sont uniques au monde : ils sont petits (1,20m), entièrement sauvages et ne vivent qu’ici, au large de la Nouvelle-Zélande. Nous voilà donc, un samedi matin radieux et tout bleu, en partance vers le Pacifique pour en apercevoir d’abord, s’en approcher ensuite et s’ils restent, nager avec eux.

Si nous en avons vu au loin d’abord, nous en avons aussi vu de très près : une demi-douzaine de dauphins sont restés quelques secondes autour de notre bateau. Puis sont repartis, un peu plus loin, au moment où nous plongions avec enthousiasme dans l’océan. Respectueux de leur caractère sauvage, la compagnie de bateau n’a pas insisté, ce qui nous a plus car ce sont des animaux sauvages et ce sont donc a eux de decider s’ils ont envie de nager avec nous ou non.

 

Akaroa Nouvelle Zelande Blog Voyage

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à BA PLA ! Ne ratez plus rien de nos voyages : recevez nos articles directement dans votre boite mail !